En savoir plus

Les fondements de la conférence

De l’innovation au travail vers une nouvelle économie

L’organisation du travail fondée sur l'innovation économique et le caractère positif de l’emploi (par exemple être en activité), a récemment fait l'objet de beaucoup de discussions européennes sur le développement économique (Dhondt et al., EUWIN, 2013) . Dans cette conférence, nous élargissons ce thème pour répondre à un objectif encore plus large : comment pourrions-nous de manière réaliste développer une nouvelle économie basée sur les activités novatrices et prenant en compte la santé ?

Une économie saine basée sur l’innovation

L’« économie saine » est une voie fondant l’innovation qui fait un lien entre la satisfaction des clients et leur capacité de développement jusqu’à l’emploi des travailleurs qui requièrent intelligence, créativité et souplesse (Karasek, 1999, Alternative Economy). Les différentes « règles » de l’organisation du travail ont des effets évidents et radicalement différents sur la santé des travailleurs comme sur la production et la créativité au travail.

Un travail qui respecte la santé permettrait de contrôler le stress et les maladies

Sans identification des effets positifs du travail sur la santé, ni la production efficace ni la créativité au travail pourraient à eux seuls représenter une solution visant une « nouvelle économie ». Nous assistons en effet à un tsunami de risques pour la santé dont l’un des principaux acteurs se représente dans les mauvaises organisations du travail conjuguées à la mauvaise gestion du travail menant vers une vie en mauvaise santé dans un contexte de globalisation de l’économie. En outre comment pourrait-on maintenir la santé et un niveau modéré de stress même dans une économie dynamique et créative ? Une vaste littérature existante relative à la maladie et à la qualité psychosociale des emplois fait comprendre ce défi. L’ampleur des coûts est énorme, ce défi devient un enjeu économique et humanitaire majeur.

Les liens manquants entre les actuelles logiques économiques

Étonnamment, aucun des importants sujets développés ci-dessus ne sont véritablement considérés par la logique économique « classique » appliquée uniformément dans toutes les situations et qui semble dominer dans les débats publics ou privés actuels. Mais – et c’est un grand « mais » – il y a beaucoup de pression qui pousse vers la reconstruction de ce discours économique. Ce renouvellement est nécessaire pour créer des emplois, pour assurer la durabilité de l’environnement et pour inverser l’augmentation des inégalités. Il s’agit d’apporter les « chaînons manquants » menant vers l’objectif de la conférence : définir une nouvelle économie intégrant l’innovation et le travail en bonne santé.  Il n’y a pas de temps à perdre pour trouver de nouveaux modèles.

Les défis du colloque

 Répondre au besoin d’une plateforme de compréhension élargie

Pour porter des questions aujourd’hui peu mises en avant dans le dialogue public, il est nécessaire d’adopter une plateforme de compréhension plus large que ce qui est jusqu’à présent couramment utilisé pour traiter les questions économiques. Par exemple, les effets sociaux et les coûts des risques psychosociaux sont encore trop absents des débats économiques ou encore est absent le débat sur l’innovation liée à la production comme le renforcement des compétences. Le but est de trouver les voies pour élargir la discussion publique à ces omissions qui inhibe le bon fonctionnement des politiques publiques actuelles. Nous pensons que cette approche exige de manière combinée de comprendre à la fois les finalités constructives et innovantes de la production comme le coût humain et les maladies résultant des risques psychosociaux.

Une plateforme intégrant les aspects psychosociaux de l’organisation du travail

Nous pensons que les théories de l’organisation psychosociale du travail pourraient être une stratégie centrale pour trouver de nouvelles solutions en phase avec des recherches créatives et intégrées. Ce colloque va analyser et critiquer de manière constructive les « liens manquants » dans notre économie actuelle. Comme première étape, la recherche visera les solutions alternatives propres à une économie saine et au développement du capital social tout en visant une nouvelle compréhension multi-niveau de l’innovation dans le travail. Les étapes suivantes nécessiteront d’inclure la santé et plus largement les questions sociales et politiques. La synthèse de ce travail sera alors comparée et coordonnée avec les logiques économiques actuelles pour développer un modèle économique réalisable et plausible. La participation des acteurs de l’économie et de la santé au travail aura un rôle important à jouer lors de cette étape.

Les organisateurs

Karasek_1.JPG
Robert Karasek

Diplômé en sociologie et relations de travail, génie civil et architecture, il est spécialiste des aspects psychosociaux et des processus de conception du travail.
Il a  exercé au Département de Génie industriel de l'Université Columbia, il est  Professeur émérite au Département Environnement du Travail de l'Université du Massachusetts Lowell et au Département de Psychologie de l'Université de Copenhague. Il est l'auteur du modèle d’évaluation du stress au travail « Job demand / Control » et du « job Content questionnaire (JCQ) » utilisé dans les études du monde entier sur le stress, les maladies cardiovasculaires et les troubles de la santé mentale. Il a publié de nombreux travaux scientifiques de référence, dont l’ouvrage « Healthy Work ». Il a été récompensé pour l’ensemble de sa carrière par l’American Psychological Association. Il dirige le JCQ Center  et Øresund Synergy, un groupement de compétences sur le travail au Danemark et en Suède.

LOIC_LEROUGE_1.JPG
Loïc Lerouge

Chargé de recherche au CNRS et membre du Centre de droit comparé du travail et de la sécurité sociale, COMPTRASEC, UMR 5114 CNRS-Université de Bordeaux, il est diplômé en droit social des Universités de Nantes et  Bordeaux.
Il étudie depuis plusieurs années la santé au travail et la reconnaissance d’un droit à la protection de la santé mentale au travail. Il est l’auteur de nombreuses publications et conférences scientifiques sur le sujet en France et à l’étranger. Ses recherches en santé au travail mettent l’accent sur l’analyse comparée des différents systèmes de droits nationaux, internationaux et communautaires. Ses travaux se prolongent dans l’organisation d’un dialogue entre différentes disciplines scientifiques, mais aussi dans l’accomplissement d’un échange entre la recherche et les acteurs de la santé au travail. Il s'y emploie notamment dans l'organisation de nombreuses manifestations scientifiques et développement de réseaux.

 

e
Personnes connectées : 1